Actualités

21h : projections en plein air – « Nous, les domestiques modernes » et « Karaoké domestique »

  • Nous, les domestiques modernes, un film collectif réalisé par Flor, Liz, Delia, Nicole et Elizabeth, militantes de la Ligue des travailleuses domestiques, dans le cadre d’un atelier vidéo ZIN TV.

Nous, celles que vous appelez les bonnes, les nounous, les servantes, les esclaves modernes, vous allez nous entendre !

Ce film livre un autoportrait collectif de femmes combatives. Dans l’intimité du groupe, ces femmes sans papiers témoignent de leurs craintes et de leurs espoirs. Elles s’emparent de la caméra pour rendre compte des différentes formes de violences subies  au quotidien, mais aussi de leurs combats. “Les peurs ne disparaissent pas, nous apprenons à vivre avec, elles nourrissent notre lutte »

Ce documentaire a été réalisé dans le cadre d’un atelier vidéo mené par ZIN TV à la demande de la Ligue des travailleuses domestiques du Comité des travailleurs.ses migrants avec et sans papiers de la CSC Bruxelles et appuyé par le MOC Bruxelles et la CSC Bruxelles. La Ligue a été créée en 2018 et regroupe des travailleuses domestiques sans titre de séjour, d’origines et de langues différentes. Elles travaillent dans un secteur peu organisé et entendu. Ensemble, elles mènent un combat comme syndicalistes pour sortir de l’isolement, de l’invisibilité afin d’améliorer leurs conditions de travail, de vie et faire entendre les revendications des travailleurs et travailleuses sans-papiers dans leur ensemble. C’est pour visibiliser ce combat syndical qu’elles ont souhaité réaliser ce film.

La pandémie Covid19 actuelle a révélé une crise sanitaire au départ d’une pénurie structurelle dans le secteur des soins, non seulement dans le secteur hospitalier mais également dans le secteur des soins à domicile et plus largement du travail domestique. Au plus fort de la contagion, l’impact sur les femmes a atteint son paroxysme : d’une part, certaines ont continué à travailler en 1ère ligne, sans protection efficace, d’autre part certaines travailleuses ont perdu leur emploi et se sont retrouvées sans aucun revenu de remplacement étant donné l’absence de titre de séjour. Elles ont cependant été les 1ères à reprendre le travail lors du déconfinement, malgré le risque qu’elles encouraient, ainsi que leur famille, de contracter la maladie. Plus que jamais, la solidarité avec ces militantes qui jouent un rôle fondamental dans notre société est de mise.

***

Quels peuvent bien être les rapports entre la femme qui fait le ménage et celle pour qui elle le fait ? C’est ce que se propose d’évoquer Inès Rabadán grâce des entretiens restitués par un procédé simple mais très réussi qui donne à voir et à entendre ces témoignages avec une intimité et une distance tout à fait étonnantes.

Date

Août 28 2021
Expired!

Heure

21 h 00 min - 22 h 00 min
La Vieille Chéchette

Lieu

La Vieille Chéchette
Bruxelles
Défiler vers le haut